Déclaration: La période d’exclusion pour les dons de sang tombe à trois mois: un pas dans la bonne direction, mais pas à la hauteur de l’égalité

La Fierté dans la capitale est ravi de l’annonce faite par la ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, dans laquelle elle a informé la population canadienne de la décision de Santé Canada d’exiger que les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes s’abstiennent pendant trois mois avant de pouvoir donner du sang au lieu d’un an.

La Société canadienne de la Croix-Rouge a introduit un critère d’admissibilité des donneurs excluant tous les hommes qui ont eu des relations sexuelles avec un homme, même qu’une seule fois, depuis 1977. Ce critère a été intégré dans la réglementation de Santé Canada en 1992.

La Fierté dans la capitale est d’avis que, bien que la réduction de la période d’exclusion ait passé d’un an à trois mois soit un pas dans la bonne direction, cela reste une politique discriminatoire visant les hommes bispirituels, homosexuels, bisexuels, queer, les femmes trans ainsi que les hommes ayant des relations sexuels avec des hommes («2SGBTQ/HARSAH»). Par conséquent, l’égalité reste à gagner.

Au cours des derniers mois, la Fierté dans la Capitale a revendiqué auprès des membres du Parlement la levée des restrictions imposées aux 2SGBTQ/HARSAH qui souhaitent donner du sang. La Fierté dans la Capitale continue d’exiger que le gouvernement fédéral suive les pays comme le Chili, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Pologne, et autres pays qui ont complètement abrogé les politiques d’exclusions discriminatoires de dons de sang pour les 2SGBTQ/HARSAH.

Le conseil d’administration de la Fierté dans la Capitale